Quand le cerveau cesse son processus de transformation

Bernard Michel Boissier nous met en garde, car selon lui, quand on reste ancré dans ses habitudes et une vie routinière, quand on perd l’attrait de la nouveauté, quand on n’apprend plus de choses nouvelles, que l’on vit uniquement sur ses acquis en se drapant dans ses certitudes, le cerveau peut cesser son extraordinaire processus de transformation.

En effet, quel que soit notre âge, notre niveau intellectuel, les anciens neurones ne sont plus remplacés, l’esprit se fige, le cerveau se rétracte, le vieillissement s’accélère, et les neurones ne se reproduisent plus. Phénomène que l’on observe chez les individus de tous les âges, qui appartiennent à toutes les classes de la société, psychorigides, continuellement tendus, stressés, qui manifestent une grande anxiété face à l’avenir, phénomène que l’on constate aussi souvent chez des personnes qui prennent leur retraite après avoir eu une vie très active.

Le cerveau que nous développons est le reflet de la vie que nous menons. Ainsi une attitude mentale positive, une grande force morale face aux difficultés et aux épreuves de la vie, fait évoluer le cerveau et l’esprit. Au contraire une attitude négative, défaitiste, un manque de confiance en soi, une vision tunneliste de la vie, un esprit critique, un stress permanent bloquent la plasticité du cerveau et enferment l’esprit dans les habitudes, la routine et les peurs de l’avenir.

Malgré les grandes découvertes de cette dernière décennie, la surprenante plasticité du cerveau, le remplacement des vieux neurones par des neurones tout neufs, le pouvoir de l’esprit sur le corps et la matière, le mystère demeure entier concernant les rapports du cerveau et de l’esprit. 

Un individu qui croit que son projet est atteignable, et met en œuvre ses pensées, imagination et émotions au service de son ambition, transforme son cerveau. Et ancre ainsi une meilleure capacité à générer de la réussite.

Bien sûr, concrétiser ses rêves et rêver dans la vie font aussi avancer. C’est à notre portée, puisque notre état de conscience se modifie vers le rêve nuit et jour, et même 7 fois par jour ! Cela nous connecte à notre capacité imaginaire, si précieuse pour sortir du cadre connu et… étriqué par rapport au potentiel de notre cerveau.



0 Commentaires/par
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 2 =